Nous ne voyons plus autour de nous que des personnes mal dans leur peau, stressées, malheureuses, qui vont jusqu'à penser au suicide, et parfois même passent à l'acte. Tout cela parce que nous avons perdu les "vraies valeurs ", telles que le partage, le bon sens, la logique, et que nous vivons toutes et tous dans un monde de plus en plus inhumain, où chacun maintenant ne pense plus qu'à son petit profit, sans aucun remords d'écraser son voisin s'il le juge nécessaire, et où la valeur de l'être humain se résume à l'épaisseur de son portefeuille.

          Les conditions de travail se dégradent de plus en plus, le chômage ne cesse de s'accroître, les salaires se restreignent, les retraites deviennent inexistantes. La Sécurité Sociale rembourse de moins en moins de médicaments, à un taux de plus en plus faible ; de nombreux services hospitaliers ferment parce qu'on ne les trouve plus assez "rentables" ; certaines femmes doivent parcourir des dizaines, voire même des centaines de kilomètres pour accoucher. Notre santé va obligatoirement en pâtir. C'est une hérésie que de vouloir faire des économies sur la santé...  Mais, cela allez-le faire comprendre à nos dirigeants, qu'ils soient d'ailleurs de droite ou de gauche.

          A  l'opposé, les prix, les charges, les impôts, les contraintes de toutes sortes ne font qu'augmenter. Combien sont obligés de restreindre leur niveau de vie, ne peuvent plus se permettre aucun loisir, rognent sur la nourriture, et ont bien du mal à élever convenablement leurs enfants ? Les "Restaurants du Coeur", qui avaient été concus pour ne durer qu'un an, et toutes les organisations d'entraide similaires sont débordés par un nombre de plus en plus croissant de nécessiteux, et par des subventions de plus en plus réduites.

         Les agressions, les vols augmentent dans des proportions affolantes ; on tue des gens pour 40 euros, ou pour un regard qui déplaît.

          Certains n'ont même plus la possibilité d'avoir un logement pour vivre, et meurent de froid sur les trottoirs de nos villes.